Le bâtiment intelligent et son quartier comme maillons de base de la ville intelligente

Mercredi 9 Novembre 2016 dernier, j’ai eu l’honneur d’intervenir à la 7ème édition du Salon Intelligent Building Systems qui se tenait Porte de Versailles à Paris. Jean-Claude Tanguy (Président du Directoire Property Management France, BNP Paribas Real Estate), Kevin Cordona (Directeur de l’Innovation et du Développement Durable, BNP Paribas Immobilier Entreprise) et moi même y avons animer l’atelier intitulé « La digitalisation de l’immeuble: l’intelligence au service de l’humain ».

philippe-ibs

Nous avons ainsi partagé notre vision du bâtiment cognitif et de son rôle au sein du quartier, tous deux maillons de la Smart City et lieux de lien humain dans un environnement durable.

A la faveur de l’accélération technologique des dernières décennies, nous avons assisté à la transformation en profondeur de nos modes et lieux de vie. Après le building automatisé et le smart building, nous assistons aujourd’hui à l’émergence du building cognitif. Par l’avènement de l’intelligence cognitive, le bâtiment dépasse sa fonction de lieu de travail  et entre en intéraction avec ses usagers pour plus de confort et d’efficacité.

C’est dans cette optique que ISS, leader mondial du « facility services » a fait appel à IBM et plus précisément à Watson (intelligence cognitive conçue par IBM) afin de permettre la transformation cognitive de son siège social à Copenhague.  En intégrant différentes données telles que celles recueillies par les capteurs sensoriels mais aussi les prévisions météorologiques, les agendas des usagers ou encore leurs habitudes de travail, Watson permet entre autres au bâtiment de:

  • régler la température des salles,
  • libérer automatiquement une salle de réunion réservée mais finalement non utilisée,
  • réserver des taxis,
  • informer le service de restauration sur le nombre de personnes présentes
  • etc.

Le bâtiment est ainsi mis au service de ses usagers pour plus de flexibilité, et peut mieux s’inscrire dans le quartier, lui même constitutif de la Smart City.

La transformation digitale et cognitive de ces deux maillons peut accélérer la trajectoire d’une ville vers « la Smart City ». Au travers d’innovations telles que la voierie intelligente et adaptative, la  mixité fonctionnelle, le partage de parkings et de pools de voitures, l’auto-consommation énergétique, l’effacement automatique ou la vente d’énergie entre bâtiments grâce à la blockchain etc, ces  bâtiments et ces quartiers sont étroitement liés à leur environnement et à son intelligence.

Ils constituent ainsi avant tout un lieu de liens humains, d’échanges et de rassemblement s’incrivant dans une logique durable promouvant optimisation, économie et flexibilité.

Co-écrit par Kenza Lahrech (Business Development Exec. Junior @IBM)