Blockchain au service du secteur des énergies et des utilities

bb

Après s’être développé dans le monde de la finance avec les ‘bitcoin’, La technologie blockchain se répand à grande vitesse dans d’autres Secteurs économiques.

Dans un monde de l’Energie de déconsolidation de la chaine de valeur, d’auto-consommation croissante (345 000 producteurs en France selon les dernièrs recensements), la technologie apparait comme une solution à la traçabilité des échanges ‘peer to peer’ sans tiers de confiance engagé et à l’établissement de ‘Smart contract’

L’exemple sité est celui de ‘Brooklyn’ où la technologie permet de suivre et de tracer les transactions d’échange d’énergie solaire entre des producteurs de part et d’autres d’une rue.

IBM est un acteur majeur de Blockchain et a fait le choix de mettre sa solution ‘Hyperledger’ en ‘Open Source’

Nous déployons actuellement de nombreux projets avec nos clients Energie et Utilities.

Par exemple en Hollande, nous avons signé mi 2016 un projet ou Blockchain est utilisé pour ce qui est appelé ‘final settlement’ sur le marché d’échange d’énergie entre producteurs et consommateurs. en temps réel .Cette fonction est alors éffectuée en même temps que la transaction , avec un accès immédiat aux données au lieu de devoir attendre plusieurs jours après que les transactions physiques aient eu lieu.

Un autre exemple concerne un grand énergéticien allemand qui a lancé début 2016 un groupe de travail pour comprendre et recenser les apports de la blockchain pour contribuer à la baisse des dépenses .

Un des exemples intéressants concerne l‘application de cette technologie aux stations de rechargement des voitures électriques. Ces dernières utiliseraient des contrats auto-executables basés sur la blockchain afin d’authentifier l’identité des utilisateurs et de gérer le processus de facturation.2017 sera l’année du projet en réel.

Les utilisateurs pourront alors intéragir avec les stations de rechargement par l’intermédiaire d’un contrat auto-executable hébergé sur un réseau spécifique.  Avant de recharger son véhicule, l’utilisateur déposera un ‘accompte’ directement sur ‘la blockchain Ethereum’. Le paiement sera prélevé directement sur ‘l’accompte’ tandis que la différence sera automatiquement remboursée à l’utilisateur après que la transaction ait eue lieu.

La différence majeure entre le système actuel et le prototype de RWE réside dans le mode de facturation. Plutôt que de faire payer à l’utilisateur un montant dépendant du temps qu’il a passé connecté à la station de rechargement (souvent exprimé en heure), la technologie Blockchain permet de lui faire payer la quantité d’électricité qu’il a consommé au cours du processus de rechargement.

La technologie Blockchain va poursuivre son développemet pour de nombreuses applications liées à l’énergie pour répondre au besoins de temps réel, d’adéquation de production-demande décentraliée et de traçabilité automatique dans un monde de ‘partage’ où l’on souhaite de moins à moins devoir référer à une autorité de tutelle ou ‘tiers de confiance’

EFFICACITY ‘de la recherche à l’innovation’ oeuvre pour la transition énergétique de la ville

Efficacity est un consortium entre les différents grands acteurs de la ville et de l’urbain : EDF, ENGIE, RATP dev, Veolia, Vinci , IBM ainsi que des sociétés d’engineering et la recherche publique, créé par l’Etat dans le cadre du grand Emprunt.

Il concentre l’excellence scientifique via des équipes pluridisciplinaires, mutualisées et agiles issus des 28 membres fondateurs

eff-eff

Efficacity a pour but de développer avec ces acteurs opérationnels des outils de simulation permettant de valider des innovations énergétiques pour pouvoir ensuite fournir des méthodes et des outils innovants et opérationnels aux grands acteurs de l’énergie et de la ville.

Par le suivi, le diagnostic et l’évaluation des apports et impacts des innovations énergétiques sur des îlots test, les outils d’Efficacity permettent d’évaluer les résultats et ainsi de déclencher les investissements nécessaires à l’intégration de ces innovations dans de grands projets urbains. C’est d’ailleurs selon ce processus que la Société du Grand paris, membre d’Efficacity, a collaboré avec les chercheurs sur l’éco conception des gares et des tunnels du métro parisien.

IBM, seul acteur 100% numérique du consortium, contribue par son excellence à apporter les outils devenus nécessaires comme pivot des solutions possibles au défi urbain.

Il s’agit d’utiliser les apports de l’internet des Objets, des plateformes de développement ouverts, du prédictif et du cognitif pour enrichir les modèles et les rendre plus  apprenants et adaptatifs.

IBM met plus spécifiquement, au delà de ses compétences humaines, à disposition d’Efficacity une plateforme de développement ouverte qui permet de partager les outils d’ Efficacity et ensuite de pouvoir les rendre visibles sur une place de marché mondiale.

Fort de ses 6 milliards de dollars d’investissement en R&D, IBM apporte les vagues successives d’innovations, comme aujourd’hui le Cognitif ou Blockchain  au service de ses clients et partenaires.eff-eff-rbt

Cette approche holistique de la transition énergétique est nécessaire.

En effet, cette question ne peut être abordée par un acteur seul qui ne pourra répondre à tous les enjeux de la ville. Ainsi, Efficacity apparait comme un moyen novateur, d’apporter des réponses innovantes et réplicables au défi de la transition énergétique de la ville par l’établissement de cet eco-système.