La Métropole : le bon échelon pour la transformation numérique des territoires

L’inclusion comme thème d’intérêt majeur pour les Métropoles.

Avec un groupe d’étudiants (noms en bas de l’article) du M1 Master urbanisme de Sciences Po Paris qui fait parti de l’Ecole Urbaine dirigée par Antoine Courmont, nous avons conduit au nom du Syntec Numérique commission ‘Ville’ une étude auprès des ‘Métropoles’ françaises sur leur rôle dans la transformation numérique des territoires.

Toulouse Métropole - Home | Facebook

Cette étude a été réalisée à un moment unique à la fin de la précédente mandature et pendant la préparation des élections repoussées en juin 2020.Cette temporalité a permis d’avoir une discussion avec les responsables numériques des collectivités capables de faire un bilan de six années de travail et aussi engagés dans la préparation d’une campagne électorale à venir.

L’enquête à porter sur 10 Métropoles et avant de regarder les thèmes majeurs qui ont porté la mandature et les freins qui ont ralenti cette transformation, des éléments communs ou de différences sont à noter.

L’ouverture de la donnée est un élément commun même si Lyon par exemple marque sa différence avec une notion de ‘License’ au travers d’une convention d’éthique à signer par celui qui en fait la demande. Un autre élément de différenciation est la position de certaines Métropoles qui laissent aux communes le soin d’assurer les outils de communication avec les habitants, comme la Métropole de Lille. Enfin la Métropole se distingue des communes la composant sur le sujet numérique par sa force de ‘portage politique’ et l’organisation de la gouvernance numérique.

Lorsque l’on regarde les priorités numériques de la dernière mandature, ‘l’attractivité économique’ qui au début des ‘Smart City’ était souvent le sujet principal est maintenant à la dernière position pour laisser sa place en tête des préoccupations à ‘l’inclusion’. Ensuite, l’amélioration des services aux habitants et la ville durable sont les thématiques qui justifient les projets numériques.

Le sujet de la faiblesse de la compétence au numérique se retrouve à la fois chez les élus et les agents des collectivités. Le Syntec numérique avec l’aide de l’association des Interconnectés est en train de réaliser une étude d’évaluation auprès de 1000 agents que nous présenterons début 2021.

Le lien ancienneté de la Métropole ou rapidité à s’être organisé fait ressortir une maturité plus forte vis-à-vis du numérique :

Enfin, en revenant à la question posée, il apparait clairement que la Métropole est le bon niveau  d’échelon territorial pour accélérer la transition numérique des territoires apportant à la fois : bon niveau de mutualisation des services (exemples : plateformes de services de Lyon ou Strasbourg), capacité à négocier avec les grandes entreprises et engager les sujets sensibles comme celui de l’inclusion à Montpellier et enfin la capacité à créer et développer la dynamique d’attractivité du territoire autour du sujet de la Ville et du numérique comme à Nice.

Etudiants en charge du projet : Euryale Ambroise – Agathe Bras – Marie Coulet –– Marion Gielly