L’Open data, levier de création de valeur

Dans le cadre d’un projet de recherche avec les étudiants du Master Large Metropolis de Sciences Po Paris, nous avons travaillé au travers de questionnaires auprès de plus de 30 villes en Europe sur le phénomène de l’Open Data, ses opportunités, ses risques, les business model associés et les nouveaux vecteurs d’innovation des villes.

Etudiants du Master Large Metropolis de Sciences Po Paris pour la restitution finale de l’étude

Depuis la directive européenne de 2003 et sa transposition en 2015 dans la loi Walter en France la poussée des acteurs publics pour disposer des données ouvertes n’est plus à démontrer. On peut citer notamment le domaine des transports avec le ‘projet de loi pour la croissance et l’activité’ qui est l’un des plus visible sur la valeur qui peut en être tirée, et le débat encore en cours entre la RATP et l’application ‘Citymapper’.

Cette volonté d’ouverture des données est vue par les petites villes comme un besoin de transparence  alors que les plus grandes en attendent de la création de valeur par le développement de nouvelles applications apportant de nouveaux usages aux habitants – A Londres près de 425 applications s’appuyant sur les données de mobilité existent déjà.

Dans les grandes villes américaines, mais aussi françaises comme à Paris ou Lyon des ‘CDO’ – Chief Digital Officer – ont été nommés pour accélérer cette création de valeur et organiser cette ‘mélée’.

L’idée de ces métropoles est de faire de la ‘création numérique’ sur ces données. Pour améliorer l’usage des services de la ville, mais aussi pour poursuivre l’enrichissement de nouvelles données et permettre la plus grande participation des citoyens, ce que nous confirmait Nantes.

Les premières questions sont techniques autour de ‘l’interopérabilité‘ entre jeux de données des différentes villes pour permettre à ceux qui vont créer des usages de ne pas devoir redévelopper pour chaque lieu l’ensemble de la chaine de valeur. S’ajoute à cela l’approche souvent ‘silotée’ des données qui ne sont que rarement partagées en un lieu unique et croisées pour créer de nouvelles occurrences, c’est ce que nous avions démontré et réalisé à Montpellier lors de notre projet de recherche : croiser les données météo, avec les données de mobilité et les données d’anticipation des risques de montée d’eau localisés apportent une valeur importante non traitée auparavant.

Le deuxième enjeu est celui des ‘droits’ à payer ou pas et des coûts engendrés pour la collectivité pour produire des données de qualité qui respectent les spécificités de la loi.

A cette heure aucune décision formelle n’est prise et le débat est fort entre les partisans du tout gratuit et ceux qui considèrent qu’à minima les frais engendrés à la collectivité doivent être compensés, surtout si ces données sont utilisées ensuite à des fins commerciales, là encore Lyon fait figure de pionnier et ses choix sont analysés comme exemple.

Retour sur l’étude du Syntec Numérique présentée au salon Innovative City de Nice sur les nouvelles tendances européennes de la Smart City

Le 16 juin à Nice, j’ai présenté en tant que Président de la commission ‘Ville’ du SYNTEC devant notamment des collectivités et la presse, les résulats de l’étude menée avec le Syntec Numérique sur les tendances observées dans le développement des projets de Villes Intelligentes.

Le périmètre de l’étude

Nous avons mené cette étude après les 3 années de ‘Baromètre numérique des villes’ et afin d’évaluer les meilleures pratiques constatées dans la démarche vers la ‘Smart City’

Rappelons nous que les objectifs apparues en 2015 sur le baromètre de la numérisation des villes étaient :

  1. La qualité de service restait l’objectif principal
  2. L’attractivité était identifiée comme première motivation des villes
  3. La bonne gestion restait une préoccupation constante
  4. Le financement des projets numériques semblait être problématique pour 20% des projets
  5. La participation des citoyens restait faible
  6. La répartition de modes de gestion restait en grande majorité pilotée en interne

Pour cette étude, nous avons conduit des interviews qualitatifs auprès de villes et territoires que nous avions évaluées avec les membres de la commission comme ‘en pointe’ dans leur démarche Smart City

Nice, Montpellier, Mulhouse, Lyon, Milton Keynes (Angleterre), Israël et Vienne et nous avons enrichis ces interviews par des faits et constats d’autres villes sur les même questions par les membres de la commission.

Notre enquête portait sur l’existence ou non d’une équipe et d’un budget dédié, la gouvernance des projets, l’existence d’une vision stratégique avec une feuille de route, le choix des objectifs principaux, les différentes parties prenantes identifiées, l’implication des citoyens dans les décisions, les indicateurs de performance utilisés, les risques et challenges à prendre en compte et finalement la place de la technologie dans le projet: place centrale ou seulement outil ?

 

Les résultats

Voici les tendances majeures que nous avons pu observées sur les derniers projets de Smart Cities étudiés et considérés par les ‘pairs’ comme des projets de référence dans le domaine :

  1. Un projet de smart city aujourd’hui, c’est… une consultation publique en amont à partir d’une vision stratégique pour valider une feuille de route précise, avec le plus souvent la mise en place d’un Chief Digital Officer et d’une plateforme de données ouvertes autour de la construction de nouveaux partenariats, type consortium
  2. … et ce n’est plus forcément… un budget dédié mais des budgets répartis, pilotés et convergeants vers une même stratégie, une vision de moins en moins « technocentrée » mais une approche de plus en plus citizen centric et ce n’est plus forcément une équipe dédiée mais des animateurs/ innovateurs qui poussent le projet.
  3. Finalement, les projets de Smart City ont pour objectifs de développer l’économie et l’emploi, d’améliorer la vie des citoyens, de protéger l’environnement et le territoire.

Présentation des résultats de l’étude Villes Intelligentes 2016, Nice, Innovative City le 16 juin

Les détails sont sur le site du Syntec numérique

Watson au service de l’énergie : Retour sur l’intervention de Nicolas Sekkaki, Président IBM France, au salon Smart Energies

L’article d’ « Industrie et Technologies » revient sur le potentiel de Watson dans l’énergie, développé au Salon Smart Energies, et cite également quelques passages de mon interview: « Nous ne sommes pas des énergéticiens, mais des experts de la donnée. Nous sommes là pour aider à la décision et faire de la prédiction »

Le Secteur énergétique est bousculé par la baisse des prix, par une évolution extrèmement rapide vers un mix Centralisé – Décentralisé dont le point d’inflexion et d’accélération se situera le jour où les prix des moyens de stockage d’énergie personnel seront complètement accessibles ( de 3 à 5 ans ) et où les nouveaux tarifs TURP vont favoriser l’auto-cosommation et tout cela dans un contexte de ‘right off de bilan’ et de besoins d’investissements extrèmement lourd.

Le secteur devient un secteur de l’Energie-Digitale

De nouveaux acteurs arrivent, les SolarCity, Nest et autres et les énergéticiens traditionnels doivent et sont en plein re-invention pour accompagner mais mieux pouvoir anticiper cette lame de fond.

Dans ce contexte du tout Data, d’équilibrage temps réel, d’anticipation de phénomènes intermittents, de nouvelles relations clients, de ‘foisonnement’ de données qu’il faut comprendre et interpréter, le cognitif  a toute sa place pour : échanger en langage naturel, apprendre et adapter ses réponses tout en les documentant, traiter le non structuré et aider l’humain dans sa décision.

C’est ce que notre Président a présenté dans son intervention

Retrouvez l’article complet sur: http://www.industrie-techno.com/ibm-met-watson-au-service-de-l-energie.44424

En échange de leurs données, les citoyens veulent co créer les usages

Après la table ronde à laquelle j’ai participé à Lyon le 20 mai sur le Big Data et le rôle du citoyen, le Forum Smart City Bordeaux revenait lors d’une table ronde sur les enjeux de l’ouverture de données pour les citoyens et l’évolution des usages technologiques.

Pour Olivier Baccialone, délégué au développement régional du groupe La Poste en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, la numérisation du Groupe permet l’évolution des services proposés avec de nouveaux usages pour plus de proximité au quotidien et donc une simplification de la vie des usagers,  comme le service Domino qui permettra d’envoyer des colis à distance depuis chez soi.

Dans  les villes, l’entreprise de Stéphane Liénéré, Cartégie, collecte des données géolocalisées qui permettent de suivre les déménagements et les mouvements à l’intérieur d’une même commune. La ville peut alors à travers ce service améliorer sa communication envers les nouveaux habitants pour les informer des événements et services autour d’eux.

Afficher l'image d'origine

Cependant, afin de faire adhérer les citoyens à ses nouveaux usages, il est important de les impliquer dans leur développement et de ne pas leur imposer. Selon Alexandre Borderies, directeur d’activité relations citoyens chez Berger-Levrault, éditeur de logiciels, le citoyen doit être en mesure de pouvoir interragir et de choisir le canal qu’il souhaite utiliser en donnant ses idées et ses avis. C’est en co créant les usages que les citoyens deviendront partie prenante de l’ouverture des données, pour une vie citoyenne plus harmonieuse.

Ces débats confirment l’intérét avéré par l‘habitant pour pouvoir disposer de sa donnée, de pouvoir agir avec les acteurs capables d’appoter de la valeur et amener de nouveaux usages permis par le numérique.

Cette tendance est en accélération depuis 18, 24 mois sur le rôle de plus en plus important de l’habitant dans le jeu des acteurs de la ville intelligente…

Nous l’avions identifié dans un projet en 2013 par leurs actions et commentaires au travers des réseaux sociaux et leur volonté de co-créer la ville

Retrouvez l’article complet sur: http://objectifaquitaine.latribune.fr/evenements/smart-city/2016-05-25/smart-city-les-enjeux-de-l-innovation-et-ses-usages-dans-la-ville.html

 

L’usager doit pouvoir avoir accès à la donnée brute qu’il a produit…Lyon débat ‘Big Data et citoyen’

A Lyon lors de la remise du prix de l’Innovation Smart City organisé par le journal le monde j’ai pu participer à une table ronde autour du ‘Big Data’ et des risques et droits vis à vis de la donnée privée et du citoyen.

J’ai pu débattre avec Karine Dognin-Sauze, Vice President du Grand Lyon en charge de l’inovation et de la ville intelligente, avec Daniel Kaplan, Président de la FING et Alain Staron, Vice President des innovations numériques chez Veolia.

16 mai 20 prix innovation SCities Lyon IMG_1443

J’ai pu lancer le débat en confirmant que les Big Data étaient d’ores et déja présents, tant dans leurs dimensions de Volume, Vitesse et Variété, et que le nombre de données allait poursuivre sa croissance vertigineuse.  Certains évoquent 50 fois plus de données dans 8 ans, avec plus de 50 Milliards d’objets connectés en 2020 qui les produiront.

En début de discussion, plusieurs sujets ont été abordés comme celui de l’orientation ou de l’opacité des algorithmes qui vont s’appliquer sur la donnée, de la propriété de la donnée – même si sa spécificité fait qu’elle peut rester la proporiété de quelqu’un tout en ayant une autre instance traitée pour fournir un service – et très vite celui de l’asymétrie entre celui qui produit la donnée face aux groupes qui vont la traiter, voire en tirer profit.

J’ai insisté sur le fait qu’IBM apportait les outils à la collectivité ou aux opérateurs pour extraire et traiter la donnée mais n’était pas propriétaire de la donnée. De plus nos investissements en France apportent des garanties sur sa localisation.

L’asymétrie sur l’usage et son exploitation concerne plus les réseaux sociaux et Google, avec 300 Millions d’utilisateurs de Twitter, 400 Millions d’Instagram et plus de 1 Milliard et demi de profils Facebook.

Nous avons expliqué avec Alain Staron le projet HUBLOT de Lyon où Veolia et IBM ont pu apporter une solution de valeur qui a répondu aux demandes de la Metropole pour la gestion de l’eau tant sur le plan financier que sur celui de la qualité du suivi du réseau et notamment de la réactivité face aux fuites.Dans ce cas la donnée brute produite est cryptée, traitée et apporte un service à l’usager et à la collectivité.

Le rôle et l’intérét du TUBA à Lyon et d’autres lieux d’innovation ouverte, organisés autour de l’Open Data, regroupant grands groupes et start up pour créer de nouveaux usages autour de la donnée ‘exploitable’ ne sont plus à démontrer. Lyon avec le TUBA ou Montpellier avec IBM, qui ont été lauréat du challenge Big Data du gouvernement, ont démontré l’appétit des entreprises pour ces données, même si la viabilité et le ‘business model’ de certaines créations restent à démontrer dans le temps.

En dernière partie de la discussion, les questions sur le rôle du politique qui doit anticiper ces usages et être capable de légiférer pour respecter confidentialité et éviter les dérapages se sont accompagnées d’une discussion sur l’éduction à l’exposition de sa donnée personnelle sur les réseaux sociaux qui exige une prise de conscience des risques inhérents, notamment par les plus jeunes.

Enfin, en conclusion de la table ronde nous avons discuté de la possibilité à terme pour l’usager de récupérer sa donnée brute produite, au niveau du compteur d’eau, du compteur électrique intelligent ou par sa présence sur une caméra, et de la confier non pas à l’exploitant traditionnel, qui dans le cadre d’une concession ou régie va produire un service, mais à une start up ou entreprise de son choix pour qu’il lui ramène personnellement une valeur – dans ce cas sa donnée produite apporte un retour de valeur à son producteur non partagé avec une  communauté ….de nouveaux horizons pour l’Open-Innovation….

 

« Les big data sont-elles l’ennemi des citoyens ? » Retrouvez – moi demain aux Prix de l’innovation Le Monde Smart Cities

La remise des récompenses de la première édition des Prix de l’innovation Le Monde Smart Cities se déroulera  à Lyon ce vendredi 20 mai, pour faire avancer la ville intelligente et les innovations de demain.

Cette journée sera aussi animée par plusieurs tables rondes, dont une intitulée « Les Big Data sont -elles l’ennemi des citoyens? », à laquelle je participerai.

Plus d’informations en cliquant sur le lient suivant: http://www.economie.grandlyon.com/evenements/prix-de-linnovation-le-monde-smart-cities-2016-2015.html

Il n’y a pas d’investissements inutiles si ils contribuent à réduire les dépenses et à un développement plus durable

Je voudrais vous faire partager mon désaccord sur une analyse communiquée cette semaine selon laquelle les Smart City ne sont qu’un gouffre financier qui va conduire à des dépenses inutiles.

Nous savons tous que le débat s’enrichie de la contradiction, mais nous savons aussi combien il est facile de détourner des chiffres ou en tout cas de les présenter d’une certaine manière pour supporter une cause, fut elle fausse.

Il est maintenant avéré que ce marché existe quel qu’en soit sa taille ou son domaine d’application.Qu’il est basé sur de la récupération de données, que l’on va traiter pour soit optimiser les systèmes, soit apporter de nouvelles informations, soit apporter de l’aide à la décision aux décideurs soit créer à partir de ces dernières de nouveaux usages aux services des administrés.Et ceci dans les domaines majeurs que sont : la mobilité, la sécurité, l’énergie avec le ‘smart grid’ et les batiments intelligents, la gestion de l’eau, la gestion de déchets, la diminution de la pollution et l’économie circulaire.Et  il faut rajouter et surtout ne pas oublier les outils de ‘coopération’ entre citoyens ( plateforme de partage par exemple ) et la collectivités, les forum, les applications de concertation, de co-creation ou de signalement

Le cabinet ‘Machine Research’ estime que la Smart City induirait dans les dépenses liées à l’IOT une dépense de 341 Milliards de dollars supplémentaires pour les collectivités d’ici 2025.

https://humanoides.fr/2016/05/les-municipalites-pourraient-gacher-341-milliards-dans-le-deploiement-des-smart-cities/

Il est probablement facile de ‘discuter’ du chiffre, de le diviser par 2 ou de l’amplifier sans que ceci ne conduise à une position différente.

La vraie question soulevée ici est plutot de savoir dans quel contexte, de quelle manière et avec quelle méthodologie il faut engager les dépenses supplémentaires que pourraient conduire à faire une ‘municipalité’ voulant avancer dans son ‘voyage’ vers une Smart City.

En effet, le sujet n’est pas de ‘chercher le graal’ mais tout simplement de rendre la ville plus durable dans son développement et de structurer une démarche d’investissements qui supporte cette stratégie.

Il est nécessaire de définir une ‘feuille de route’ de ce que l’on cherche à faire, de la faire évoluer au regard des contraintes et opportunités mains nénamoins d’en garder l’esprit.La Ville durable, supportée par la ville intelligente ne consiste pas à investir pour l’atteindre mais de revoir l’ensemble des investissments que la collectivité entend lancer en intégrant comment les technologies, la participation citoyenne, le retour temps réel et prédictif de l’information va modifier et changer voire remplacer le projet d’investissement, et enfin comment la technologoie va permettre d’apporter des gains de fonctionnements.

20141118_155819

On a le droit de dépenser 100 si le retour est de 500 ou si sa contribution est significative sur la durabilité de la ville.

Au travers de plusieurs projets comme à Madrid en rendant variable les dépenses vers les tiers exterieurs aidés grace à des informations issues des capteurs et des  informations citoyens, ou à Nice avec l’optimisation des tournées des camions de ramassage de déchets nous avons démontré qu’un investissement allait permettre très vite d’être remboursé, de générer des gains et d’améliorer les facteurs de pollution et de nuisance.

 

 

.