Vivatech : les start-ups et les villes

Plus de 2300 start-ups ont exposé leurs dernières innovations à Viva Technology fin mai 2019.

19 mai vivatech

Elles sont présentes dans tous les domaines de l’industrie (énergie, mobilité, écologie, beauté, télécommunications…) et travaillent souvent sur l’IoT, l’IA, la réalité virtuelle et/ou les plateformes numériques. Qu’elles soient ‘incubées’ par de grands groupes ou accompagnées par les territoires, les start-ups représentent un levier d’innovation très important : « Vivatech » est ainsi devenu un événement hors norme, proche du CES de Las Vegas en nombre de visiteurs.

Pour les grands groupes, elles sont à la fois une preuve de leur investissement dans l’innovation et leur moyen de trouver de nouvelles sources d’idées à l’extérieur pour éviter de se faire ‘disrupter’ par un inconnu émergeant sur leur marché. Elles représentent le futur : les start-ups jouent en effet un rôle important en termes de recherche et de développement. Elles travaillent sur de nouveaux usages et les solutions les plus prometteuses et abouties pourront ensuite être mises à l’échelle par l’entreprise qui les ‘accélère’. Les entreprises, qui ont bien compris les enjeux liés aux start-ups, les ont placées au cœur de leur stratégie.

Mais qu’en est-il des villes ? Les villes en tant que telles n’étaient pas présentes au salon mais les Régions représentaient les territoires, ce qui peut paraitre logique au regard de leur compétence de ‘chef de file’ du développement économique. Néanmoins  leur absence, qui pourrait laisser penser qu’elles laissent le soin aux entreprises d’innover pour leur compte, est à nuancer. Les Métropoles et grandes villes sont très engagées dans l’aide au développement des écosystèmes d’innovation. Les villes s’appuient sur les nouvelles solutions apportées par les entreprises mais sont aussi très actives elles-mêmes en tirant parti des start-ups de leur territoire.

Il existe en effet de nombreux lieux d’innovation dans les villes sur le territoire français et à l’étranger. Ces lieux sont soutenus par les villes, même si elles n’en sont pas toujours à l’origine. De tels espaces sont des lieux d’expérimentations et d’innovations autour des habitudes de la vie quotidienne, de la gestion des ressources rares, la vie citoyenne, la consommation et tous les sujets qui peuvent être réinventés grâce aux nouvelles technologies.

Quelques-uns de ces lieux sont remarquables comme par exemple la zone Darwin de Bordeaux ou les ‘TUBA’ (Tubes A Expérimentation Urbaine) à Mulhouse et à Lyon. Des projets sont en cours de déploiement, comme à la Cartoucherie de Toulouse, qui se transformera en éco-quartier d’ici 2020. A l’étranger également, en Europe (Berlin, Copenhague pour ne citer qu’elles) et dans le reste du monde, la tendance est la même. Ainsi la ville de San Francisco a développé un programme, l’Office of Civic Innovation, pour réinventer la ville et son modèle économique. La ville travaille avec les start-ups, les citoyens et les grandes entreprises sur des projets ayant pour but d’améliorer la qualité de la vie des habitants et de digitaliser leur écosystème. 

Le projet Darwin à Bordeaux

Darwin se définit comme « un terrain de jeu grandeur nature de l’innovation ». En effet, dans ce quartier bordelais très visité, start-ups et citoyens collaborent pour créer un quartier tourné vers l’économie verte. Cet écosystème est vaste : une zone est mise à disposition pour les grapheurs, des espaces de co-working peuvent être utilisés par des freelances, des éléments aussi divers qu’une épicerie bio, un restaurant, un gigantesque skate-park et une ferme urbaine s’y côtoient. De nombreux projets deviennent ici des start-ups qui sont incubées par Le ‘Campement’, un organisme soutenu par la ville de Bordeaux et la Région Nouvelle-Aquitaine. Les start-ups réfléchissent à des modèles économiques plus responsables, sociaux et solidaires. Pour y être incubées, elles doivent vouloir développer un projet à forte dimension sociale et environnementale. Elles doivent également être capables de créer des emplois et d’attirer des compétences à Bordeaux.

Le Tube A Expérimentation Urbaine (TUBA) à Mulhouse et Lyon

Mulhouse et Lyon ont leur TUBA, dont le but est de mettre en contact des entrepreneurs, des citoyens et des grandes entreprises. A Lyon, origine du concept, le projet est mené par l’association Lyon Urban Data et a pour but de « favoriser l’innovation, l’incubation et le développement de services urbains s’appuyant sur les données numériques privées et publiques ». Tous les acteurs de la ville se réunissent ici pour concevoir des solutions innovantes dont le but est d’améliorer la vie en milieu urbain. Le TUBA de Mulhouse, plus récent, a sensiblement le même fonctionnement et partage les mêmes objectifs. Il compte parmi ses partenaires de grandes entreprises comme Veolia, EDF, Enedis, GRDF ou le Groupe La Poste. Là encore, les villes de Mulhouse et de Lyon soutiennent leurs centres respectifs. Ces espaces sont bien intégrés dans le paysage local, ayant des accords avec les universités, écoles et associations locales, les villes et les entreprises. Les équipes qui font vivre ces écosystèmes réfléchissent autour des grands thèmes de la ville : mobilités, tourisme, énergies, économies circulaires, circuits courts, services numériques, innovation sociale… Tous les thèmes sont sujets à expérimentation.

19 mai vivatech 2 IMG_7352

Plus récemment Dijon, qui a inauguré en avril ‘ON DIJON’, l’a automatiquement lié à une zone d’innovation urbaine irriguée par les entreprises qui souhaitent lancer des expérimentations.

Les villes ont donc lancé des initiatives et des constructions pour favoriser l’écosystème des start-ups : elles ont acquis, grâce aux start-ups, des pôles externalisés de Recherche et de Développement, au même titre que les grandes entreprises qui les développent en interne.

Et si les villes ne les ont pas affichées au salon Viva Technology, c’est parce que les start-ups sont indépendantes, les villes n’intervenant que dans un rôle de soutien et d’accompagnement. Mais si le succès de cette stratégie est indéniable, il reste que ces expérimentations font face aux mêmes problématiques que les start-ups : comment développer les projets à grande échelle ? Comment faire en sorte, que d’un quartier, le mode de vie inventé dans ces espaces soit diffusé à l’échelle d’une grande ville? Et ce n’est pas la seule question que pose cette stratégie. Si les start-ups représentent ce rôle externalisé de recherche et de développement pour les villes, celles-ci apparaissent aujourd’hui aussi très dépendantes de ces acteurs privés, alors même qu’elles doivent rester des tiers de confiance. Comment les villes peuvent-elles participer à la course à l’innovation technologique au service du secteur public tout en restant le tiers de confiance, et sans ralentir les écosystèmes qui se créent aujourd’hui autour d’elles ?

Article co-écrit avec Guillaume Bérard

L’Open Data, moteur du développement de la ville intelligente

IMG_5466Le 19 avril se tenait une discussion à Genève autour de la ville intelligente et de l’ouverture des données publiques. Dans le cadre des 25 ans du SITG (Système d’Information du Territoire à Genève), chercheurs et informaticiens livraient un état des lieux suite à la mise à disposition  en libre accès des deux tiers des données du SITG  depuis 2014.

En effet,  l’organisation créée en 1991 par l’Etat est convaincue que le Big Data va permettre de développer la ville intelligente de demain, et l’enjeux aujourd’hui est de promouvoir  l’utilisation par les citoyens de cette plateforme ouverte de données . Avec la carte de la qualité de l’air, du traffic en temps réel ou encore du réseau cyclable, une multitude de projets améliorant la qualité dans les villes s’ouvre à l’imagination des citoyens et développeurs.

Ainsi en 2013, des New Yorkais ont utilisé les données publiques pour créer HealthyOut, une application permettant de toujours pouvoir trouver aux alentours des restaurants adaptés à leurs régimes et préférences alimentaires, et ainsi gagner le concours organisé par la ville.

Cette initiative se généralise aujourd’hui et en France Rennes, Toulouse ou encore Paris ont également menés des concours pour améliorer la ville au quotidien.  Pour réaliser ces projets, le site Open Data Paris communique par exemple la liste des stations de services de véhicules ou encore des données d’éclairage public et de signalisation lumineuse tricolore.

Capture
Source: dataparis.io

Une nouvelle orchestration des acteurs dans un projet de ville durable et intelligente

Le vice-président d’Innovation Bouygues Immobilier , Christian Grellier, l’a rappelé lors de son intervention à la conférence Smart Mauritius : «La technologie ne doit être qu’un moyen. Une ville durable c’est avant tout la recherche d’une meilleure qualité de vie avec un respect de l’environnement. Dans un tel projet, nous intégrons aussi bien les aspects intergénérationnels que le pilotage énergétique, le traitement des déchets ou les transports.»

Depuis plusieurs années, nous parlons de ‘Smart City’, pour IBM de ‘Smarter City’, pour d’autres de ‘Future Cities’ ou de ‘Cities of Tomorrow’ …

Autant de mots qui révèlent à la fois la nécessité et la volonté des acteurs de repenser la ville, ou plutôt son évolution dans un contexte démographique connu et d’une dégradation de la qualité de vie et du risque de pollution et de rareté des biens maintenant avérés.

Néanmoins, il faut probablement recadrer l’ambition et changer de paradigme et comprendre l’impact sur l’économie locale et la participation des habitants de la ville, une nouvelle orchestration des acteurs.

16 mars 25 orchestre photo Picture1

La ville Intelligente n’est que le ‘moyen’ de la ville durable. C’est à la fois un ‘projet’ dans la durée, ce que symbolisent nos amis américains par le mot ‘journey’ ( un voyage ) mais aussi un changement de perspective ou de paragdime dans la façon de concevoir, de proposer, de construire et de gouverner.

En effet, le développement de la ville intelligente s’inscrit à la fois dans une trajectoire de projets successifs, de l’association du public et du privé et de l’utilisation d’un ecosystème local, composé d’acteurs universitaires, de start up et de participation citoyenne.

Il est maintenant acquis que l’autorité publique ne peut résoudre toutes les questions par elle même. Pour ce faire elle va associer les acteurs privés sous les différentes formes contractuelles et de partage financier et de gouvernance qui y sont associés.Délégation de service public pour la ‘Smart Water’ de Lyon avec le contrat de Veolia où IBM apporte son savoir faire numérique avec une solution de ‘SmartWater’ – Projet de ‘CREME’ pour l’appel Offre en cours de Dijon, considéré comme un élargissement d’un contrat de performance à de multiples objets publics et où le privé va garantir l’exécution du quotidien et la performance financière, voici deux exemples avancés de cette approche.

L’intégration des Start Up n’est plus à démontrer en étroite collaboration avec les territoires labélisés French tech et nous l’avions déja évoqué sur quelques exemples dans des articles précédents.

Enfin, la participation citoyenne apparait depuis quelques mois comme un moyen de ‘contrepoids’ au tout technique et surtout un moyen de mieux choisir et prioriser la succession des projets qui par nature vont composer la trajectoire de la ville intelligente.Co-conception, évaluation en temps réel du projet, alertes en temps réel de ce qui se passe dans la ville, autant de voies d’entrées et de co-gouvernance du citoyen dans la vie publique…alors qu’il a déserté les rangs du public lors des actes officiels des Mairies que sont les conseils municiapux….un moyen de relancer la participation démocratique !! ….

La Ville cognitive, intelligente et durable renforce ainsi son positionnement de moteur du développement durable, de catalyseur d’une économie locale et de faciliteur de la démocratie directe comme liant d’une population se détachant par ailleurs de ‘la politique’ exercée à l’ancienne.

L’Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environment et du Développement Durable veut accélerer le développement des Smart Cities

Symbole de la politique éco-industrielle de la Métropole Nice Côte d’Azur, l’IMREDD, aujourd’hui installé au sein de Nice Premium, vient de révéler ce lundi 21 Mars les bâtiments qu’il occupera en 2018 pour un investissement de 18M€.

L’institut se revendiquant comme la première plateforme collaborative de France a pour objectif à horizon 2020 d’aider au développement des Smart Cities en boostant l’innovation technologique.

Il a donc décidé de s’installer dans des locaux éco-conçus au coeur de l’Eco-Vallée, la technopole urbaine choisie par Cisco, Orange et IBM, favorisant une synergie entre grands groupes industriels, start ups locales et chercheurs. En effet, l’IMREDD regroupera environ 100 chercheurs, 50 doctorants et 500 étudiants sur les domaines du cycle de l’eau, des bâtiments et de la mobilité intelligente, et des risques liés à l’environnement.

Le futur bâtiment de l'IMREDD a été dévoilé ce lundi. Il s'installera dans l'Eco-Vallée en 2018
Futur bâtiment de l’IMREDD                                                                                                    Crédit: DR

En savoir plus sur: http://marseille.latribune.fr/innovation/2016-03-21/quel-futur-role-pour-l-imredd.html

L’agilité, la cocréation et la rapidité, les nouvelles pratiques face à la concurrence invisible

IBM a récemment publié sa deuxième étude internationale sur les cadres dirigeants. A partir de 28 000 entretiens de 5 247 hauts dirigeants réalisés depuis 2003 dans 70 pays et auprès de 21 secteurs, l’objectif de cette étude est d’observer la réaction de ces dirigeants face à l’effacement des frontières qu’imposent les nouvelles économies disruptives.

Aujourd’hui, la peur de l’ubérisation est constante chez les dirigeants des entreprises historiques. L’époque où l’avantage concurrentiel se jouait autour du développement d’un produit de meilleur qualité ou à moindre prix est révolue. Prévoir les actions des ‘envahisseurs numériques’ qui vont s’emparer de la relation client et dont on ignore tout car ils ne sont jusqu’à leur apparition pas identifiés comme des concurrents est le plus grand challenge. La majorité des hauts dirigeants interrogés anticipent ainsi la concurrence future auprès de nouveaux secteurs pour la prochaine décennie.

Pour faire face à cette rupture, les principales pratiques mises en avant dans l’étude pour contre attaquer et trouver de nouveaux foyers d’innovation sont les suivantes :

  • Décentralisation des processus de décisions, pour permettre une meilleure agilité et autonomie favorisant un environnement créatif et d’innovation;
  • Renforcement des réseaux de l’écosystème avec une vision plus écocentrique portée à la fois sur les nouveaux marchés, les concurrents mais également les clients. Le développement de solutions conjointes à travers des partenariats & des cocréations avec les clients permet de renforcer ces réseaux. L’objectif est également de s’imposer comme un pivot de cet écosystème;
  • Modification des Business Modèles en favorisant une position de ‘First Mover’ avec de nouveaux modèles de revenus pour permettre de s’affirmer auprès des clients et  devenir le leader du marché.

Pour réaliser ces objectifs, 50% des dirigeants voient alors les nouvelles technologies comme vecteurs de création de valeur et générateurs de croissance. Les principales technologies qu’ils identifient sont à court terme le Cloud Computing, les Solutions Mobiles et l’Internet des Objets qui favorisent la rapidité, l’agilité, et la collaboration, ainsi que le cognitif dans une vision plus longue termiste pour la prévision, l’évaluation des risques et la personnalisation de l’offre.

Finalement, même si 34%  des dirigeants interrogés restent sur une vision égocentrique pour prévoir les tendances du futur et n’osent pas se tourner vers des secteurs qui sortent de leurs sentiers battus, 5% des entreprises sont déjà sensibilisées à ces pratiques. Leur vision à long terme, évolutive et agile leur accorde une solide réputation d’innovateur, et sont le moteur de leur croissance et rentabilité . Ils sont appelés les ‘Porteurs de flambeaux’ dans l’étude.

Vous pouvez retrouver l’étude complète sur: http://www-935.ibm.com/services/fr/fr/csuitestudy2015/

 

Création d’un fonds de 50M€ pour le développement des villes intelligentes

Le Comissariat général à l’investissement (CGI) et Bpifrance viennent d’annoncer la création d’un fonds Ville de Demain (VDD), fonds d’amorçage qui investira au capital des sociétés en création qui souhaitent développer des technologies et services à destination de la ville intelligente.

Ce fonds fait partie des 440 M€ mobilisés dans le cadre du programme Investissements d’avenir. Plus de détail en suivant ce lien: http://www.vipress.net/un-fonds-public-de-50-me-pour-la-ville-intelligente/

Les voeux de la French Tech

Le 29 janvier aux voeux de la Frenchtech plusieurs centaines de personnes se pressaient auprès du ministre Macron pour célébrer ce mouvement de fond autour des start up.

La France a marqué sa détermination, sa créativité et son dynamisme sur ce domaine.

Près de un jeune sur 4 dans les écoles veulent créer leur entreprise, une révolution dans un monde qui historiquement ne visait que les grands groupes.

Même si leur effet n’est pas encore visible dans les statistiques du chomage, ce positionnement aura des retombées certaines sur l’innovation, la créativité et l’emploi.

Les villes du futurs à la recherche de nouveaux usages travaillent de plus en plus avec les start up.

Chez IBM nous les associons à nos projets, à Montpellier ou à Lille pour en citer que ces deux projets.

 

16 jan 29 image veiux frenchtech image1

Source : Actualité