Watson au service de l’énergie : Retour sur l’intervention de Nicolas Sekkaki, Président IBM France, au salon Smart Energies

L’article d’ « Industrie et Technologies » revient sur le potentiel de Watson dans l’énergie, développé au Salon Smart Energies, et cite également quelques passages de mon interview: « Nous ne sommes pas des énergéticiens, mais des experts de la donnée. Nous sommes là pour aider à la décision et faire de la prédiction »

Le Secteur énergétique est bousculé par la baisse des prix, par une évolution extrèmement rapide vers un mix Centralisé – Décentralisé dont le point d’inflexion et d’accélération se situera le jour où les prix des moyens de stockage d’énergie personnel seront complètement accessibles ( de 3 à 5 ans ) et où les nouveaux tarifs TURP vont favoriser l’auto-cosommation et tout cela dans un contexte de ‘right off de bilan’ et de besoins d’investissements extrèmement lourd.

Le secteur devient un secteur de l’Energie-Digitale

De nouveaux acteurs arrivent, les SolarCity, Nest et autres et les énergéticiens traditionnels doivent et sont en plein re-invention pour accompagner mais mieux pouvoir anticiper cette lame de fond.

Dans ce contexte du tout Data, d’équilibrage temps réel, d’anticipation de phénomènes intermittents, de nouvelles relations clients, de ‘foisonnement’ de données qu’il faut comprendre et interpréter, le cognitif  a toute sa place pour : échanger en langage naturel, apprendre et adapter ses réponses tout en les documentant, traiter le non structuré et aider l’humain dans sa décision.

C’est ce que notre Président a présenté dans son intervention

Retrouvez l’article complet sur: http://www.industrie-techno.com/ibm-met-watson-au-service-de-l-energie.44424

Retour sur mon intervention au BIM World 2016

IMG_1209

Je suis intervenu le 7 avril lors de la conférence « Beyond Technologies, Be cognitive » pour parler de la ville apprenante et cognitive aux cotés de Bernard Ourghanlian, CTO de Microsoft France, et Guillaume de Saint Marc, Directeur de l’innovation de CISCO.

 
 
 
 
 
 

Ma présentation expliquait l’évolution de la Smart City vers la ville cognitive, et l’intégration des briques solutions d’IBM autour de l’Internet des Objets, Watson et des solutions pour les bâtiments. J’ai pu illustrer ceci notamment avec les travaux du Laboratoire de Dublin sur les bâtiments cognitifs.

IMG_1213

Ville cognitive et apprenante

Les villes ont été associées depuis des années à de nombreux qualificatifs pour tenter d’appréhender et de préciser le comportement de cet ‘organisme vivant’ très spécifique.
Symbole de modernité au début du XXeme siècle, comparaison avec l’Amerique aux avenues à angles droits, aux transports urbains sur rail, aux grattes ciels sans fin, depuis quelques années elles sont devenues ‘Smart’, ingénieuses, connectées, adaptatives… et la technologie numérique vue comme un catalyseur de cette transformation semble s’être imposées au coeur de la cité.

Plus récemment, face aux avalanches de données, face aux possibilités apportées par l’Internet des objets et aux processus apprenant qui transforment et complètent les processus physiques.

hd-1148936_1280

Dès les années 80’s les systèmes experts et ‘machines à bases de règles’ existaient et permettaient de résoudre certaines problématiques.
Mais les avancées de la technologie, les capacités de traitement, la baisse des couts, les capacités à échanger en langage humain ont remis au centre du jeu les machines cognitives.

Leur aplication à la ville est extrèmement récente mais correspond bien à la nécessité d’une ville apprenante et à la recherche de l’auto adaptation.
En tant qu’organisme vivant, revnouvelé en moyenne de 1% chaque année par de nouveaux quartiers mais face aux défis de la croissance démographique, de la pollution, de la consommation de ressources rares et aux défis de l’alimentation, la ville a besoin d ‘intégrer en temps réel son environnement et de s’adapter au plus vite aux nouvelles conditions en apportant des réponses adaptées.

Les solutions cognitives, telles que nous les déployons avec les solutions ‘Watson’ chez IBM pour les entreprises, ou pour la Santé très spécifiquement répond à cette demande et ouvre de nouveaux champs du possible au niveau du batiment et au niveau de la ville dans son ensemble.

Pour comprendre pourquoi l’enjeu et cette réponse sont adaptés, je vous propose de lire un article interessant sur l’apprentissage et la réponse.

Un passage intéressant de cet article :
‘Les villes et régions apprenantes ont en commun la volonté clairement affichée de placer l’innovation et l’apprentissage au cœur de leur stratégie de développement. Elles cherchent à stimuler l’activité économique en combinant selon des modalités diverses l’apprentissage à vie, l’innovation et l’utilisation créative des technologies de l’information et de la communication.La notion « d’apprentissage » dans les « villes apprenantes » recouvre à la fois l’apprentissage individuel et institutionnel.’

L’article complet
http://www.observateurocde.org/news/archivestory.php/aid/25/_AB_Villes_apprenantes__BB,_la_nouvelle_recette_du_d_E9veloppement_r_E9gional.html#sthash.3cGf1Pbd.dpuf